Pourquoi faut-il conserver les bouteilles de vin couchées ?

À force de visiter les caves et de rencontrer des vignerons, vous commencez à collectionner quelques bonnes bouteilles. La question qui se pose à vous désormais est : comment les ranger, debout ou allongées ? La réponse, vous la connaissez probablement déjà, les bouteilles de vin se conservent couchées. Mais savez-vous pourquoi ? La réponse est dans le bouchon. On vous explique tout…


bouteilles rangées allongées

Le bouchon, garant de l‘étanchéité de la bouteille


La raison pour laquelle il est indispensable de conserver ses bouteilles allongées tient en un seul mot : oxydation. Car vous pouvez disposer d’une cave parfaite aux conditions de température, d’hygrométrie et de luminosité strictement contrôlées, si vous exposez les vins à l’oxydation, tout cela ne sert à rien.

L’oxydation massive d’un vin, au contact de l’air, est en effet le pire ennemi du vieillissement d’un vin. L’objectif numéro un est donc de l’éviter au maximum. Le seul air avec lequel le vin est réellement autorisé à être en contact, c’est celui qui est enfermé avec lui, dans la bouteille.

Maintenant, voyons, qu’est-ce qui garantit la parfaite étanchéité d’une bouteille ? C’est le bouchon ! Grâce à lui, l’air ne rentre pas dans la bouteille et le vin reste bien à l’abri de l’oxygène.

Seulement voilà, lorsqu’il est en liège – ce qui est le cas pour la grande majorité des bouteilles – le bouchon a besoin d’être constamment maintenu humide pour rester étanche. C’est pourquoi il est nécessaire de stocker les bouteilles allongées. Le vin reste ainsi constamment en contact avec le bouchon et l’empêche de sécher et de se rétracter. L’air ne peut donc pas entrer dans la bouteille et le vin reste à l’abri de l’oxydation.


Goût de bouchon et position de stockage


Il faut conserver ses bouteilles allongées, c’est entendu. Mais alors, en maintenant un contact permanent entre le liquide et le liège, ne risque-t-on pas de donner au vin ce fameux goût de bouchon tant redouté ?

En réalité, non, il n’y a pas de risque particulier. Le contact du vin avec le bouchon n’augmente pas le risque de retrouver son vin bouchonné. La raison est simple : le bouchon n’a absolument pas besoin d’être en contact avec le vin pour transmettre le goût de bouchon. En effet, le TCA (trichloroanisole), molécule responsable de cette odeur désagréable de moisi, migre dans le vin, que le bouchon soit en contact ou non avec le liquide. En clair, si le bouchon est défectueux, le vin sera affecté, quelle que soit sa position.



Bouteilles de Viognier rangées allongées

Qu’en est-il des capsules en métal et des bouchons synthétiques ?


Si la règle de conserver son vin couché est généralement admise, il existe toutefois des exceptions. En effet, certains vins sont bouchés avec des capsules en métal ou des bouchons synthétiques dont l’étanchéité n’est pas dépendante de l’humidité. Aussi, qu’elles soient stockées couchées ou debout, les bouteilles ainsi fermées évolueront de la même manière.

Au Domaine, nous privilégions l’utilisation des bouchons en liège pour les vins de garde. Ces derniers gagnent ainsi en complexité et en finesse grâce aux infimes échanges gazeux que le liège autorise. On parle alors de micro-oxygénation. La réaction d’oxydo-réduction qui se produit lentement dans la bouteille apporte plus de souplesse au vin et affine ses arômes. C’est ce que l’on nomme le vieillissement d’un vin.

En revanche, pour les rosés, les blancs et les Beaujolais Nouveaux nous utilisons des bouchons synthétiques fabriqués à base de plastique alimentaire. Bien à l’abri de l’air, les vins conservent ainsi leur caractère jeune et fruité.


Dans tous les cas, quelle que soit la nature du bouchon, vous ne prenez aucun risque à conserver vos bouteilles couchées. Donc si vous avez un doute, mieux vaut opter pour un rangement à l’horizontale dans votre cave.